Nous sommes un couple, d’environ 35 ans, plutôt gâtés par la nature. Nous sommes très amoureux depuis le tout début de notre relation qui a plus de 15 ans maintenant. Je mesure 1,80m, ni sportif ni fainéant. Ma femme est particulièrement bien faite. 1,70, une belle poitrine, ni grosse ni petite, une taille fine et un cul à croquer. Nous aimons le sexe tous les deux, ainsi que les pratiques un peu dévergondées. Toujours dans le respect et l’honnêteté. Nous ne nous sommes jamais trompé, mais laissons nos fantasmes s’exprimer (exhib, trio, lieux insolites…)

Cette histoire (vraie mais un peu abrégée) se passe début décembre 2017. Alors que certains se préparent aux fêtes de fin d’année dans la joie et la bonne humeur, un de nos plus vieil ami m’envoie un message pour me demander s’il peut passer nous voir. Il est actuellement en pleine déprime. Sa femme a couché avec un de ses amis et il l’a foutue à la porte. Elle s’en veut et souhaite revenir, mais il refuse catégoriquement.

Je lui propose de passer boire un verre après le repas, vers 20H30 / 21H. Nous discutons un peu de lui avec ma femme avant son arrivée, puis elle monte à l’étage pour prendre un bain et se mettre en pyjama.

Il sonne à la porte. Je lui dit d’entrer. Ma femme n’est pas encore redescendue. Il se dirige machinalement vers le bar, et je lui sert tout aussi machinalement une bière puisque c’est ce qu’il boit à chaque fois. Il commence à me parler de ses histoires, qu’il ne sait pas comment il va passer les fêtes, qu’il a des pensées noires etc. Si seulement j’avais une femme comme toi me dit-il. Honnête, jolie, sincère et amoureuse… Oui, je dois vous dire qu’il a toujours adoré ma femme. Il ne s’en est même jamais vraiment caché. Il est toujours resté à sa place, dans le respect total de notre couple, mais il en demeure pas moins qu’il ne loupait pas une occasion de mater ou de la complimenter quand ils étaient tous les deux.

Je le console comme je peux, avec mes mots, puis lui demande de m’attendre 5min, le temps d’aller voir ce que fait ma femme. Je monte les escaliers, et entre dans la salle de bain. Elle est toujours dans son bain.
Chérie, ça fait une heure là, tu pourrais descendre avec nous, je sais plus quoi lui dire moi…
Oui chéri, j’arrive. Comment il va ?
Oh, plutôt mal. Mais c’est pas désespéré, il fait toujours des compliments sur toi 😉
Et alors quoi ? Tu veux que je le console dit-elle en souriant et en se touchant les seins…
Dis-donc coquine ! Tu veux profiter de la situation là ! Viens nous rejoindre. Je vais lui resservir une bière.

Je redescend, lui ressert donc une bière et ma femme arrive deux minutes après, vêtue d’un pantalon et d’un haut de pyjama blancs, très fin, quasi transparent, laissant ses tétons bien visibles. Evidemment, notre pote n’en perd pas une miette. Preuve qu’il ne va pas si mal que ça.

Ma femme est assise en face de lui au bar, et moi à côté d’elle. Je lui caresse la cuisse sans qu’il ne puisse rien apercevoir. Elle, me passe la main directement sur la bite, et je la retiens car je vais rapidement avoir une érection si elle continue.

En s’adressant à ma femme, notre pote lui dit: Toi tu n’aurais jamais fait ça n’est-ce pas ? Tu n’aurais pas couché avec un pote de ton mari ! Comment a-t-elle pu me faire un truc pareil ?
Comment ça se passait sexuellement entre vous lui demanda-t-elle ?
J’avoue que ce n’était pas très souvent. Pour tout te dire, pour qu’on ait une relation, c’était souvent devant un film de cul, disons une fois par mois.

A ce moment là, elle se lève, fait le tour du bar, s’assoie à côté de lui et lui dit:
Et si tu étais toujours bien avec ta femme, et que je t’allume ? Tu ne l’aurais pas trompée ta femme ?
Non, je ne ferais pas ça. Je n’aurais pas trompé ma femme, et par respect pour ton mari je n’aurais pas fait ça.
Tu est bien certain de toi là ?

A ce moment là, elle se lève, se positionne debout derrière lui, lui pose ses mains sur le dos et commence à lui masser les épaules. Il ne dit plus un mot, me regarde, et d’un signe de tête lui fait comprendre que je suis consentant. Elle commence à lui caresser le torse, puis tout en posant ses seins sur son dos, fait descendre ses mains sur son sexe.
Tu te refuserais à moi ? Tu es bien certain de ce que tu dis ?
Là, j’avoue que je commence à douter. Il se pourrait que je craque c’est vrai…
Il se pourrait ? Allez, lève toi mon coco

Au moment où il se lève, elle dégrafe sa ceinture, et baisse d’un seul coup son jean et son caleçon. Elle lui attrape la bite déjà gonflée d’une main, les couilles de l’autre et commence à le sucer délicatement.
Après deux minutes d’une superbe fellation, elle se relève, et enlève entièrement son pyjama pour se retrouver nue face à lui. Elle saute d’un coup pour s’asseoir sur le bar face à lui en écartant les jambes. Sa chatte fraichement épilée et préparée dans son bain est magnifique. Comme par réflexe, il commence à lui faire un cunilingus. Je suis toujours de l’autre côté du bar. Je me lève et lui attrape les seins par derrière que je commence à malaxer tendrement en lui embrassant le cou.

Quelques minutes après, elle redescend du bar, et s’installe sur la table à manger, présentant son joli petit cul à notre pote. Il se dirige donc vers elle, la bite gonflée d’envie et commence à la pénétrer pendant que je fais le tour de la table pour me faire sucer de l’autre côté. La cavalcade va durer 5 minutes de plus puis en s’extirpant du vagin de ma femme, lui envoie une grosse giclée sur le dos. Pour ma part, je viens quasiment dans la foulée, et lui éjacule dans la bouche.

Elle se relève, nous nous rhabillons tous les trois et retournons au bar. Il ne sait plus trop quoi dire… Il est tout rouge !
Tu vois dis ma femme, ça aurait pu être toi qui la trompe en premier. Tu devrais lui pardonner.

Sans trop répondre, nous finissons la soirée en prenant encore une bière ou deux et en parlant d’autre chose. Un mois s’est écoulé depuis cette soirée. Notre pote et sa femme se sont remis ensemble, et pratiquent désormais le sexe de façon beaucoup plus régulière. Nous n’avons jamais reparlé de cette soirée, mais nous sommes certain que sa femme est au courant. Pour autant, elle n’a jamais fait d’allusion, et se comporte avec nous comme si elle était redevable. Bref, une histoire qui finit bien 😉

Ca vous a plus ? Vous voulez plus ?