Bonjour.
Je me présente,je m’appelle Marie,1m66 cheveux mi long châtain de nature mais depuis longtemps à la demande de mon mari Luc,je les teints roux acajou.Je suis restée assez fine avec mes 54 kg juste quelques petites rondeurs là ou il faut comme Luc les aime. J’avais 38 ans quand notre fils Brice à eu un petit accident de scooter.C’était le jour de ses 18 ans,au tout début des vacances d’été,ces examens étaient passés avec succès.Donc pas de soucis pour son handicap qui allait le gêner pendant quelques semaines.En tombant,il s’était cassé le radius au bras droit,et un peu plus gravement le poignet gauche.
Quatre jours à l’ hôpital où il se plaisait bien,car bien entouré,et bien soigné.Mais il se faisait du souci pour son retour chez lui.Brice avait un petit studio en ville pour être plus proche de son lycée.Brice me fit part de ce petit souci.
-: je ne sais pas comment je vais faire avec mes plâtres quand je serai rentré chez moi.
-: mais tu ne vas pas aller chez toi,mais à la maison.Comment veux tu faire pour cuisiner.Tu peux à peine tenir ton portable ou un livre.Tu viens à la maison on s’occupera de toi.Cela me rappellera quand tu étais petit.Heureusement,c’était l’été,et à la maison,la tenue de Brice se limitait à un bermuda,et si le soir il faisait un peu frais,il posait une chemise sur ses épaules sans l’enfiler.Donc pas de grosses difficultés pour s’habiller.
Mais Brice ne pensait pas à tout ce qu’il ne pourrait plus faire avant longtemps.Le premier soir il alla seul à la salle de bain,sans rien me dire,au bout de quelques minutes,j’entendis l’eau de la douche couler.Il est revenu quelques minutes après,je lui demandai l’air surprise.
-: tu as pu te doucher?
-: je me suis juste mouillé,je ne peux pas me savonner,ni me frotter.
-: tu veux que je t’aide?. Tu sais je suis ta mère,je peux t’aider à te laver.
-: pour ce soir,c’est bon.Demain tu m’aidera.
Brice ne se sentait pas gêner de se montrer nu,ce qui l’embêtait,c’était plutôt le surplus de travail qu’il allait me donner.A la maison,nous étions habitué à la nudité.Je pouvais entrer dans la salle de bain quand Brice y était ou lui venait m’y rejoindre,quand je prenais ma douche,et c’était pareil avec Luc.Il nous arrivait aussi très souvent de nous promener nus dans la maison.Et même pendant son adolescence Brice venait souvent vers nous le soir dans notre chambre,il s’asseyait au bord du lit,ou même quelques fois entre nous deux,et il nous racontait sa journée ou il nous posait des questions,sur la vie courante ou sur la sexualité.Il aimait ses petits moments d’intimité.Et bien des fois quand on lui donnait des explications sur les rapports entre un homme et une femme,j’avais senti qu’il vibrait,sa voix trahissait son émotion,et quand il regagnait son lit,il avait du mal à cacher son érection.Ces soirs là,il se masturbait avant de s’endormir,comme d’autres soir aussi.Je m’en rendais compte,car bien des fois,il oubliait de mettre à la poubelle le papier essuie tout qu’il avait utilisé pour s’essuyer ou pour y déposer sa semence.Et je me posai bien des fois la question:faisait il exprès de laisser son papier sur sa table de nuit afin que je sache ce qu’il avait fait.J’ai souvent pensé,que cela l’excitait de me laisser la preuve de sa jouissance,de me faire savoir que lui aussi était un homme.Je ne lui ai jamais fait de remarques.
Environ un an et demi avant cet accident,un matin,nous devions allez faire des courses ensemble,je lui dis.
-: tu te prépares,on va allez faire des courses,il faut que l’on te trouve de nouvelles baskets.Nous sommes montés chacun dans notre chambre,pour s’ habiller,une minute après,il venait dans ma chambre juste vêtu de son slip,il tenait son survêtement sur son bras,il voulait me demander s’il pouvait mettre ça.Je venais juste de retirer mon peignoir,j’étais nue,il entra quand même,et ne me quitta pas des yeux comme s’il me voyait pour la première fois.Il me dit.
-: tu es belle maman.
-: tu trouves?.
-: ho oui.Tu mets quoi toi comme habit.Et en lui montrant le lit où j’avais tout préparé,je lui dis.
-:Ma jupe en jean et mon débardeur blanc ça te plait,et tout en lui disant cela je commençai à m’habiller.Il resta là à me regarder sans rien dire.Et la je m’apperçus qu’il bandait très fort.Quand j’ eu enfiler ma jupe,je lui dis d’un ton enjoué.
-: allé va vite te préparer.Il regagna sa chambre,en fermant la porte de celle ci derrière lui.Vu le temps qu’il mit avant de redescendre,je pensai qu’il c’était masturbé.Avant de partir je trouvai un prétexte pour remonter à l’étage,je poussai la porte de sa chambre et en effet, je vis le rouleau de papier essuie tout sur son lit,et parterre un morceau plié en deux. Je le ramassai il était rempli d’une énorme quantité de sperme ce qui m’impressionna et déclencha une agréable sensation dans le bas de mon ventre tout en me faisant saliver énormément.C’était la première fois que je ramassais le papier qu’il avait oublié juste après qu’il l’aie souillé,je ne pu m’ empêcher de le porter à mon nez,ce qui augmenta encore mon excitation.Mais je me ressaisis bien vite et tentai d’oublier mon trouble.
Le deuxième soir après son retour de l’hôpital,vers les 18 h,je lui proposai de l’aider à prendre sa douche.Il me répondit.
-: oui je veux bien,avant que papa ne rentre.
-: tu sais ce soir il ne rentrera pas avant 20h il y à une réunion avec son patron on sera tranquille.Tu peux faire couler un bain si tu préfères.
-: ho oui il y a longtemps que je n’ai pas pris de bain.
Je le rejoins aussitôt,il était déjà torse nu.Je l’aidai à retirer son bermuda,il me tournait le dos.Puis il entra dans la baignoire,s’allongea pour bien se mouiller.Son sexe était à demi au repos,et je compris que juste ma présence et mes yeux posés sur son corps l’excitait déjà.
je lui demandai.
-: ça va tu es bien?
-: oui, c’est bon l’eau est juste douce et me rafraichit,je suis bien.
-: je vais déjà te faire un shampoing si tu veux.tu te penches en avant s’il te plait.Ces cheveux étant assez courts,cela ne fut pas long.Après le shampoing,je me remis debout et lui dis.
-: je vais retirai mon débardeur pour ne pas l’éclabousser.Et je me retrouvai en soutien gorge.Il regarda ma poitrine avec insistance en me souriant.
Puis avec la fleur de douche,imbibée de savon,je commençai à lui frotter les bras,le dos,le torse,puis je descendis sur ses jambes,ses pieds.Et finalement je remontai sans-gêne à ses cuisses,puis je passai délicatement sur son sexe.Il était en pleine érection,très dur.Nos yeux se croisèrent,je lui souris,il me rendit son beau sourire et comme pour s’excuser en regardant son sexe,il me dit.
-: je n’y peux rien ça vient tout seul.
-: ne t’en fait pas,ce n’est pas grave,je sais ce que c’est,et tu sais ton corps est magnifique tu es musclé,tu es un bel homme et un vrai.Je lâchai la fleur de douche et continuai de le frotter doucement avec ma main,en allant jusque sous ses testicules qui étaient très doux de belle taille,et bien serrés dans leur poche.Je n’insistai pas,j’étais très troublée,et je compris que Brice appréciait énormément.Brice retira le bouchon de la baignoire,je lui dis de se mettre debout pour que je le rince avec la douchette,alors je fis couler de l’eau douce sur tout son corps. Je finis sur son sexe,que je décalottai complètement afin de bien le rincer.Puis je l’essuyai doucement.Quand j’ eu fini,je lui dis.
-:tu vois une maman c’est utile même quand on est grand.
-: merci, ça fait du bien, je n’aurais pas réussi tout seul sans mouiller mon plâtre.Mais je suis gêné d’avoir eu en ta présence et peut être à cause de ta douceur une érection comme ça.Cela ne m’arrivait pas à l’hôpital,les infirmières étaient très gentilles mais elle étaient toujours pressées,et n’avait pas la douceur que toi tu y mis.
-: c’est normale,ici tu n’est plus stressé,il n’y a plus l’odeur ni l’ambiance de l’ hôpital Et puis nous on se connait,on est bien ensemble,on s’apprécie,on s’aime aussi.Et comme je te l’ai dit tout à l’heure,c’est la nature,et surtout à ton age,on ne contrôle pas facilement certaine réaction de son corps.Tu es très beau,je suis heureuse de pouvoir m’occuper de toi,de te regarder,de te voir comme ça de te toucher et de penser que je déclenche en toi le désir. Je pense que cela te procure d’agréables sensations,et que tu rêves à des choses plus agréables encore.Pendant quelques secondes,sans parler,nos yeux s’accrochèrent,je compris que Brice désirait me répondre et me dire autre chose,mais il ne savait comment le dire.Alors je le pris dans mes bras,et l’embrassai sur la joue,tout près de sa bouche au coin de ses lèvres.Son sexe tendu s’écrasait contre mon ventre,il me serra très fort lui aussi et me rendit mon baiser encore plus près de mes lèvres.Puis avec beaucoup de douceur et de tendresse d’une voix un peu hésitante et tremblante,je lui demandai.
-: Je pense que tu te masturbes de temps en temps?. Il ne répondit que d’un mouvement de la tête,puis il regarda ses mains et me les montra. J’ajoutai.
-: tu sais,je peux t’aider aussi pour ça si tu en as envie.Il ne me répondit pas non plus mais il me prit à nouveau dans ses bras et m’embrassa dans le cou,en murmurant.
-: je t’aime tu sais.
-: oui je le sais et moi aussi je t’aime.Puis j’ajoutai.
-: je prends une douche et je te rejoins au salon,je n’en ai pas pour longtemps.Ou si tu veux rester vers moi,tu peux.Brice quitta la salle de bain tout sourire .Dix minutes après je le rejoignais,il avait enfilé un autre bermuda,il s’était assis sur le canapé et feuilletait le programme de télé.Moi j’avais remis un petit slip noir et un tee shirt blanc qui arrivait juste sur mes hanches.Brice me regarda heureux les yeux pétillants de rêve et de désir,il me dit.
-: tu es très belle.Je m’approchai de lui,il se mit debout,me prit dans ses bras,et il m’embrassa à nouveau dans le cou.Ses mains me caressant les bras.Moi sans attendre,je lui caressai le dos, les épaules,il se serra fort contre moi et je sentis sa verge contre mon ventre grandir et se dresser de plus en plus dure.Mes mains glissèrent sur ses hanches,sous l’élastique de son bermuda,que je fis descendre le long de ses jambes.Il le détourna de son pied et mes mains s’emparèrent l’une de son sexe l’autre de ses testicules.je le caressai doucement quelques instants puis ma main droite le masturba lentement,il me serra plus fort encore en soupirant de plaisir.Je lui demandai.
-: ça va,tu es bien?.
-: ho oui c’est merveilleux.
-: si tu veux,tu peux me caresser du bout de tes doigts,ou me toucher avec ta bouche toi aussi.Tu en as envie?.
-: ho oui.Alors je lâchai son sexe deux secondes et je retirai mon tee shirt.Aussitôt le bout de ses doigts effleurèrent ma peau,sur mes épaules,mon dos puis partout il voulait tout découvrir.Il me dit.
-: ta peau est très douce.Puis il posa ses lèvres dans mon cou,sa bouche glissa sur mes épaules, mes bras.La petite partie de ses mains hors du plâtre se promenèrent sur mes hanches,mon ventre puis lentement très hésitantes et même un peu tremblantes,elles remontèrent sur mes seins qu’elles caressèrent et palpèrent doucement avec tendresse et plaisir il prenait son temps pour découvrir mon corps.Après quelques minutes,il me reprit dans ses bras,sa bouche glissa vers mon oreille ce qui me déclencha un agréable et puissant frisson qu’il ressentit à travers tout mon corps et je ne pus retenir un doux soupir de bien être.Alors,je tournai mon visage pour me rapprochai du sien,et rapprocher aussi nos bouches l’une de l’autre qui s’unirent fougueusement.Notre baiser passa de la tendresse à la violence,puis à la plénitude.Sa bouche et sa langue étaient merveilleuses,il savait embrasser il aimait ça.S’il n’avait jamais touché le corps d’une fille,je pense qu’il en avait déjà embrassé quelques une. C’était la première fois que je ressentais autant de plaisir à embrasser un homme.Pendant quelques secondes,j’avais cessé de le masturber pour le serrer dans mes bras et profiter pleinement de son baiser.Mais bien vite je repris son sexe,et continuai les doux va et vient avec ma main droite entre nos deux ventres.Ma main gauche se promenait partout sur ce corps magnifique,et revenait régulièrement à ses testicules.Au bout de quelques minutes,pour augmenter les mouvements de ma main,il se mit à bouger son bassin d’avant en arrière en augmentant progressivement la vitesse.Nos bouches ne se quittaient pas.Puis dans sa gorge monta un grognement,puis lachant mes lèvres,le son se transforma en plainte,il ne bougea plus,se raidit contre moi toujours en me serrant très fort.Et là, je sentis son plaisir gicler entre nos deux corps jusque sur mes seins trois puissants jets,nous en avions reçu tout les deux,j’en avais plein les doigts,alors je me serrai à nouveau très fort contre lui et il m’offrit un nouveau long baiser.Pendant ce temps ma main pleine de sa semence remonta entre nos ventres,puis sur mes seins sur lesquelles j’étalai ce précieux nectar.Nos corps se séparèrent enfin,je vis que mon slip avait gardé ce qui s’était écoulé sur ma peau,et plusieurs grosses gouttes avaient fini sur le sol.Je repris son sexe qui avait perdu un peu de sa vigueur,et au bout duquel un peu de sperme s’écoulait encore.Je ne pus me retenir,tant le désir était fort de goûter à cette blanche et abondante liqueur.Je me penchai et du bout des lèvres,en pressant son sexe et en aspirant délicatement,je dégustai avec plaisir en poussant un soupir de satisfaction,les doigts de ma main gauche glissèrent sous sa hampe pour en extraire sa semence jusqu’ a la dernière goutte.Il vibra de plaisir.Je me délectai de ces quelques délicieuses gouttes et je m’imaginai recevant tout ce qu’il avait éjaculé et qui s’était rependu et perdu sur notre peau.Avant de me remettre debout,je levai les yeux vers lui,lui offrant un tendre sourire qui disait que j’étais heureuse.A voix basse il me dit.
-: c’était merveilleux,je n’ai jamais joui aussi fort en me masturbant,et je ne pensais pas que tu m’aimais à ce point pour aller jusqu’ a me prendre dans ta bouche.Puis après quelques secondes d’hésitation il ajouta.
-: tu aime beaucoup ça?ça te ferait du bien aussi de me sucer?. Et restant encore à genoux devant lui en le regardant je lui dis.
-: ho oui tu sais c’est merveilleux,et je voulais te sentir te déguster encore plus intimement qu’avec mes mains,je n’ai pas pu me retenir.Et là avant de me relever,pour lui prouver ce que je disais,je le repris à pleine bouche,et je sentis des vibrations dans son corps et sa verge reprendre déjà de la vigueur et de la fermeté.
Au bout d’une longue minute,je le lâchai,et me remis debout.Et subitement il me dit.
-: merci je n’aurais jamais pensé avoir autant de plaisir,j’imaginais seulement être soulagé.Puis son attitude et sa voix changèrent il était devenu soucieux,et il ajouta.
-: on va faire comment maintenant?et papa…?
-: ne te fais pas de soucis,il n’y a rien de changé entre nous,si ce qu’on a fait te contrarie,on oublie tout ça,on en parle plus,et on continue comme si rien ne s’était passé.Mais si tu en a envie,on pourra revivre ce bon moment quand tu le voudras,on sait ce que l’on ressent l’un pour l’autre,et ce que l’on fait entre nos murs ne regarde personne.On s’aime,il n’y a pas de mal à ça.Et pour ton papa,ne t’en fais pas,il ne veut rien dire et surtout ni se mettre en colère ni te reprocher quoi que ce soit,au contraire je sais qu’il va même apprécier.Ton père n’est pas jaloux du tout,et je vais même t’avouer quelque chose et te dévoiler nos secrets.Un secret dans notre couple.
-: Dès le début de notre mariage,nous avons pratiqué l’échangisme,le triolisme,à la demande de ton père.Il m’a parlé de son fantasme même avant que l’on se marie,il ne voulait pas attendre,il voulait que je sois au courant; qu’un jour il me demanderait ou me proposerait d’associer d’autres personnes dans nos jeux amoureux.On en a parlé de nombreuses fois,la première fois j’ai été surprise,mais je ne me suis même pas rebellée,je n’ai rien répondu,j’ai réfléchi, j’imaginai comment cela pouvait être possible,comment ça se passerait.Et petit à petit l’idée c’est gravée dans ma tête.On en à parlé ensemble bien des fois.La première chose que je lui ai dit,c’est qu’il ne faudra pas qu’il m’impose quelqu’un,que ce soit moi qui choisisse.Ton père fut tout à fait d’accord la dessus.Puis régulièrement il me reparlait de ça me demandant de regarder les hommes autour de nous dans la rue,dans les magasins, dans nos connaissances,et de lui dire si il y en avait un qui me plairait.Au début j’ai eu du mal,et puis sans chercher,son fantasme c’est réalisé,avec quelqu’un que l’on connaissait bien et en plus de la famille,ainsi ce ne fut pas stressant pour moi la première fois et cela me permis d’accepter la suite ou plutôt les autres plus facilement.Voila,ton père se qualifie d’anti jaloux,il aime me voir flirter,puis me voir dans les bras d’un autre homme,et ensuite me regarder faire l’amour avec cet autre homme.Il aime aussi me savoir avec un amant quand il est absent.On ne se cache rien,chaque fois que je peux,quand je suis prévenue, je l’appelle pour lui dire que Jean ou Dom m’a téléphoné qu’il passerait dans la matinée ou dans l’après midi,et si l’un d’entre eux arrive à l’improviste,je lui envoie discrètement un petit sms en lui disant qui vient d’arriver.
-: tu la prévenu pour nous?
-: non mais toi c’est différent,je ne vais même rien lui dire,je vais le laisser deviner,le parfum de ma peau va me trahir,alors je lui dirai de chercher et s’il ne trouve pas,je l’aiderai je lui donnerai des indices.Il sera ravi,et je sais qu’il me fera l’amour très fort ensuite.
Alors pour nous, c’est toi qui décide,de toute façon il faudra bien que je te fasse ta toilette encore pendant quelque temps.Brice me regardait dans les yeux,il contempla encore mes seins,puis il me prit dans ses bras et me dit doucement à l’oreille.
-: je ne vais plus pouvoir me passer de ça,j’ai déjà envie de recommencer,comme tout à l’heure.J’ai envie aussi que tu me fasse découvrir d’autres plaisirs.Tout les plaisirs,c’est avec toi que je veux les vivre.Tu en as envie aussi.
-: ho oui mais pas ce soir,ton père ne devrait pas tarder.Nos bouches s’unirent encore pour un long baiser,ses doigts me touchèrent doucement à la découverte de ma peau,tandis que mes mains ne quittaient pas son sexe qui ne demandait qu’a me faire jouir.
Si le récit de ce que j’ai vécu et ma façon d’écrire vous plaisent,faites moi le savoir,je continuerai de vous conter la suite des bon moments passés avec Brice et avec d’autres.
Bonne lecture et merci.