A chaque fois que nous faisions l’amour, ma femme très prude exigeait que ce soit dans l’obscurité totale.
Lorsque mes doigts s’égaraient dans sa raie et frôlaient son anneau ridé, elle me repoussait.

Je décide, sans que Marion ma femme ne le soupçonne, de la décoincer avec l’aide d’un couple d’amis très libre sur le plan sexuel.

J’invite donc ces amis a venir dîner

Je les installe au salon, pour prendre l’apéritif, sur le canapé Roger et assit a coté de ma femme, en face dans un fauteuil Lise son épouse, habillée sexy pour l’occasion, elle porte une jupe noire très courte avec un corsage blanc qui moule admirablement ses seins ( la bougresse ne porte pas de soutien gorge ).
les bouts appuient fortement contre le fin tissus comme pour le percer.
Ses hauts talons donnent un galbe parfais a ses longues jambes.

Quand a Roger, trapu taillé a la hache et vêtu de blanc, son pantalon serré lui moule parfaitement le sexe. ( la bosse laisse deviner qu’il est monté comme un étalon.).

Le piégé est tendu, ma femme elle porte une robe fermée sur le devant avec une multitude de boutons.

Moi je suis en jeans et t-shirt.

Je sers plusieurs apéros, ma femme elle qui ne bois jamais et rapidement euphorique.

Roger fait un petit signe discret a Lise, celle-ci peut commencer comme prévu a aguicher Marion.

Elle ouvre les jambes et les referme en faisant remonter sa jupe sur le haut de ses cuisses;

Le regard de ma femme est attiré par les longues jambes dénudées, Lise s’amuse comme si de rien n’était, elle joue avec ses jambes comme avec une paire de ciseaux a les ouvrir et les refermer.
On peut apercevoir son string a chaque mouvements qu’elle fait.

Ma femme ravale sa salive, elle est hypnotisée par les cuisses ouvertes, elle fait même tomber un petit four volontairement, elle se pencher pour voir encore plus profondément sous la jupe de Lise.

Roger intervient.

– Oh oh en regarde sous les jupes des filles !!

Honteuse Ma femme se redresse et begue un peu.

-Euuum noon je ramasse ce que j’ai fais tombée !!

Roger ajoute;

-C’est vrai qu’elle a de belle cuisse ma salope de Lise hein, fais les voir ma chérie !!

Ni une ni deux elle se lève et remonte sa jupe jusqu’à la taille en souriant.

Ma femme écarquille les yeux, elle n’en revient pas que Lise sans honte puisse s’exhiber comme ça.
Marion est rouge comme une pivoine.

Moi, enfoncé dans mon fauteuil je ne prononce pas un mot, j’épie la réaction de ma femme.
Roger se lève et plaque en riant sa main sur la chatte de Lise.

-Regarde Marion même avec son string je peux lui enfoncer deux doigts .

Il joint le geste a la parole.

Le fin tissus pénètre légèrement dans le conduit vaginal de Lise.
Celle-ci soupire.

-Oh mon chérie retire mon string tu seras plus alaise !!
Il écarte le string avec deux doigts et enfonce trois doigts de son autre main dans la chatte rasée, il la ramone rapidement, Ma femme ne quitte pas des yeux le couple, ses yeux brillent.

Je sers un verre,elle l’avale rapidement et me tend le verre vide, je le remplit, cette fois elle le bois a petites lampées, sans louper une action du duo..

Enfin Roger délaisse sa femme et se dirige vers la mienne, il commence a faire sauter les boutons l’un après l’autre de sa robe elle est gênée et tente de dissuader..

Il lui pose un doigt sur les lèvres et pénètre sa bouche, ma femme se cabre légèrement, le doigt est entièrement dans sa bouche, Roger fait quelques vas et viens avant d’en ajouter un second.

Ma femme me regarde les yeux hagards, je lui souris. Elle saisit la main de Roger et commence a sucer timidement les doigts qui voyagent dans sa bouche.

L’alcool aidant elle tète les visiteurs qui entrent et ressortent de sa bouche, un filet de salive s’écoule a la commissure de ses lèvres.

Lise s’approche et déboutonne tous les boutons restant de la robe de Marion.

Elle écarte les pans et masse a travers le soutien gorge les seins ferme de ma femme. Iise fait craquer le soutien et tirant fortement dessus, les seins jaillissent a la plus grande joie de Roger qui ajoute un troisième doigts dans la cavités buccal.

Ma femme bave de plus en plus, le ramonage ne la dérange au contraire pas elle suce avidement les doigts noueux.

Roger cesse ses vas et viens et retire ses doigts baveux de la bouche de la suceuse.

Marion me regarde, elle ne sais comment faire si elle dois continuer au non.

Je lui souris et lui dis.

-Donne toi mon amour, ne te retiens pas !!

Elle me sourit et baisse les yeux .

Lise s’assoie a coté de ma femme et prend en bouche un mamelon elle le tète longuement, ma femme se raidit elle râle doucement.

Ma queue commence a grossir dans mon jeans, je la caresse a travers l’épais tissus., elle enfle davantage, je l’extirpe de sa prison et commence un branlage méthodique.

Roger a glisser ses mains sur les cuisses de ma femme et saisit sa culotte, il la fait descendre lentement sur ses cuisses et la fait tomber sur le sol.

Il se place entre ses cuisses et pose sa bouche affamée sur la chatte qui suinte.

Il lèche la fente avant de la pénétrer, il fouille le conduit trempé ma femme grogne en grinçant des dents.

Ses mamelons sont devenu dur comme du béton, Lise s’évertue a les faire grossir d’avantage, les bouts sont tendu comme de petites bites et commence a devenir douloureux.

La langue de Roger fouille profondément tous les recoins de la chatte .

Jamais je n’es vu ma femme mouiller autant, elle ondule du bassin sous les coups de langues expertes de deux amis.

Elle gémit de plus en plus fort, elle pousse un cri lorsque Roger lui aspire le clito, il le tète avidement,elle agite fortement son bassin en râlant de plaisir.
Elle me dit .

-Mon dieu ils vont me faire mourir mon chéri !

Elle hurle en jouissant,son jus est expulsé de sa chatte avec force, Roger l’avale du mieux qu’il peut.

Il se redresse et retire ses vêtements, Lise fait de même.

Roger pose les jambes de ma femme sur ses épaules, et enfonce son pieu pro fondement en elle., elle grogne lorsqu’il commence a la pilonner.

Lise a posée ses lèvres sur celle de ma femme et l’embrasse fougueusement, les langues s’agitent dans les bouches les salives se mêlent, le baiser et très long ma femme y prend gout., elle se cramponne au cou de Lise et fait durer le baiser.

Roger a ressortit sa queue luisante du puits d’amour, il la frotte contre la chatte débordante de cyprine et replonge puissamment au fond.

Ma femme lâche la bouche de Lise et pousse un cri strident tellement l’enfoncement a était brutal.

Il la besogne comme un sauvage, la bite qui coulisse dans sa gaine la fait couiner comme une truie en chaleur.

Ma femme ce donne a fond, jamais ne n’aurai imaginer qu’elle puisse se donner a un autre.

Elle râle a chaque enfoncement du pal, la cadence est élevée, Roger est bien accroché au hauts des cuisses de ma femme il tire dessus pour s’enfoncer plus profondément en elle.

La bite puissante la défonce comme jamais, Marion ce cabre et explose en hurlant de plaisir,

Roger augmente la vitesse de pénétration, ma femme jouit d’avantage, ses râles ressembles a des plaintes, elle tire sur les fesses de son baiseur pour qui continue de la fourrer, elle l’accompagne dans ses mouvements.

Ses yeux sont exorbités, sa bouche est entre-ouverte, elle geint, halète de plaisir.
Lise lui écrase les tétons entres ses doigts, cela décuple la jouissance de ma femme.
Qui hurle a chaque giclée qu’elle envoie.

Roger se raidit et déverse dans le temple sa semence épaisse. a chaque décharge il grogne comme un animal.

Il donne encore quelques coups de reins avant de se retirer.
Sa queue gluante et encore tendue..

Il me regarde et dit.

-Putain je vais l’enculer elle a le feu au cul ta femme c’est un vrai volcan!!

– Oui vas -y elle me l ‘a toujours refusait, éclate lui le cul prépare le passage, après je vais me régaler !!

Lise demande a ma femme de se mettre a quatre pattes, un peu gênée elle obtempère.

Elle crache sur l’anus de ma femme et commence a lui lécher, sa langue rappeuse pénètre lentement le fondement et le fouille admirablement bien ma femme glousse, Lise assouplit le conduit elle le salive abondamment puis cede la place a son mari.

Il pose contre la rosette ridée son braquemart et pousse lentement, ma femme grince des dents, la queue inexorablement s’avance dans le conduit étroit.

Ma femme ouvre la bouche et prend une grande respiration.

Roger donne un violent coup de reins, ma femme hurle de douleur, elle veut se dérober mais Roger la tient fermement. la queue est enfoncée jusqu’aux couilles ma femme gemit de douleur.
Roger cesse tous mouvements il attend que Marion récupère et qu’elle s’habitue a son pal large et épais..

Lentement il commence a s’agiter, ses vas et viens sont très lents, un bon moment il agit en douceur pour faire le moins de mal possible a ma femme.

Marion commence a s’habituer au manche qui lui élargit le cul, elle agite doucement sa croupe, pour Roger c’est le signal.

Il accélère l’enculage, ma femme pousse des cris rauques, elle commence a prendre du plaisir a ce faire sodomiser,ses cris de plaisir deviennent bruyants.

Lise et a califourchon sur moi empalé sur ma queue,elle fait descendre son corps sur mon manche, je lui suce les mamelons pendant qu’elle s’agite sur mon braquemart.

Ma femme elle, couine sous les assauts répétés de son enculeur, la salope donne toute son énergie a son amant.

Elle explose comme jamais .

-Je jouis du cuuuul !!!qu’elle hurle

Roger la sabre encore un bon moment avant de décharger son sperme brûlant dans l’antre étroit.

Lise jouit presque en même temps que moi nos grognements sont rauques.

Roger me propose de faire une double a ma femme vu qu’elle est bien disposée.

Je suis ravi, ma femme un peu anxieuse me sourit et dit

-Pourquoi pas je veux tout connaitre maintenant que je suis devenue une chienne.!

a suivre